Plateformes: Xbox One, PS4, PC
Révisé le: Xbox One X
Développeur: Gunfire Games
Éditeur: THQ Nordic
Solo: Oui
Multijoueur: non

L'histoire de la franchise Darksiders est en péril. Le premier jeu a attiré de nombreuses comparaisons avec les goûts de Zelda, mais a quand même réussi à se tailler sa propre niche grâce au monde et à l'histoire intrigants qui ont vu War, l'un des quatre cavaliers de l'Apocalypse, accusé d'avoir commencé la fin du monde avant sa moment approprié. La suite a suivi la mort du frère de War et a introduit une foule de nouveaux mécanismes qui comprenaient des montagnes de butin, un cheval et de larges zones ouvertes et je l'adorais. Mais ensuite, la tragédie a frappé l'éditeur THQ et la franchise Darksiders était apparemment perdue. Le salut est apparu, cependant, lorsque le nom Darksiders a été acheté aux côtés d'un tas d'autres IP par Nordic Games qui a ensuite rassemblé un groupe de développeurs originaux de Darksider et avec eux forgé Gunfire Studios, et donc après de nombreuses années et beaucoup de doutes, nous avons finalement obtenez la suite que nous attendions tous. Mais cela valait-il la peine d'attendre? Lisez la suite pour le découvrir, chers gens. * dun dun DUN! *

Dans ce troisième jeu, nous pouvons enfiler l'armure épineuse et les talons hauts de Fury, la seule femme cavalière et homme à la hauteur de son surnom. Elle est en colère, plus qu’un peu énervée quand il s’agit de ses frères et totalement prête à déchirer tout ce qui se trouve sur son chemin. Dans ce cas, l'histoire se déroule en tandem avec Darksiders 2 avec War actuellement enchaîné, Death off sur sa propre quête et Strife off faire… tout ce que Strife fait. Fury est envoyé sur Terre pour faire face aux sept péchés capitaux par le Conseil carbonisé et nous avons donc notre structure de jeu de base; sept boss, même de gros combats.

De là, l'histoire suit Fury alors qu'elle traite les péchés, découvre davantage l'histoire globale de Darksiders et passe par son propre arc de personnage. Comme ses frères avant elle, Fury est un dur à cuire avec une attitude qui la fait passer pour arrogante, trop confiante et totalement indifférente aux pauvres humains qui se sont fait prendre au milieu d'une guerre entre les forces du ciel et de l'enfer. Fury ne franchit jamais la ligne pour devenir ennuyeux, cependant, et j'ai vraiment trouvé que je l'aimais.

L'histoire réelle est assez rare avec de longues périodes qui s'écoulent entre tous les développements intéressants en dehors des conversations que Fury a avec son observateur, qui est le moment où se déroule l'essentiel du développement de son personnage. Compte tenu du vaste monde et des traditions que la franchise Darksiders a réussi à construire, j'ai continué à souhaiter en voir et en entendre plus.

La structure de base est familière lorsque vous vous promenez sur Terre à la poursuite de vos cibles. La conception des niveaux en elle-même est en quelque sorte un sac mélangé. Darksiders 3 est essentiellement un grand donjon avec des sections de chargement ennuyeuses qui le divisent, ce qui interrompt le jeu pendant que tout est chargé. Il y a une saveur Metroidvania dans le monde car les nouvelles armes que vous gagnez vous permettent généralement d'accéder à des zones ou de s'ouvrir. des raccourcis afin que vous puissiez vous déplacer un peu plus facilement. À cet égard, il n'y a rien de mal avec le donjon géant que Gunfire a créé et revenir en arrière pour atteindre le prochain boss ou simplement pour rassembler des âmes pour progresser est très amusant. C’est le style visuel où j’ai un problème. Sans une carte, revenir en arrière pour collecter plus d'âmes et de matériaux d'artisanat peut être gênant.Vous comptez donc naturellement sur le terrain pour vous guider, mais une grande partie du monde est visuellement terne et immémorable. Pire encore, les points de déplacement rapide ne sont que des noms avec une petite image du paysage environnant, ce qui rend encore plus difficile de se souvenir où se trouvent certains points de déplacement rapide. Il y a des zones attrayantes mais vous passez beaucoup trop de temps à vous promener dans les égouts , des bâtiments en béton ennuyeux, des grottes et autres divers autres endroits terne. Je joue en tant que Horselady of the Apocalypse combattant les 7 Deadly Sins, alors est-ce que je veux vraiment passer du temps à déambuler dans une station de métro? Non, pas vraiment.

Il y a des énigmes environnementales pratiquement partout, exigeant que vous vous arrêtiez pour faire sauter un mur à l'aide d'un insecte ou utiliser un levier pour ouvrir quelque chose. Le problème est que Gunfire a opté pour la quantité plutôt que pour la qualité et donc presque tous les casse-tête ne nécessitent aucune intelligence, au lieu de cela, vous devez simplement répéter les mouvements encore et encore. Seuls quelques puzzles parviennent à être intéressants et amusants à résoudre, tandis que tous les autres se confondent en une goutte oubliable qui ne parvient pas à faire bon usage de vos capacités spéciales ou de votre plate-forme.

Le combat est l'endroit où le jeu brille, l'accent mis sur l'esquive précise avant de se lancer dans quelques attaques de choix offrant un peu de défi. L'arme principale de Fury sont ses fouets, bien que la portée soit étonnamment courte, et ceux-ci sont complétés par quelques armes secondaires que vous déverrouillez en cours de route, comme un gros marteau. Les combos sont tous gérés via le chronométrage des pressions sur les boutons et, bien que le montant proposé ne soit pas énorme, il n'a finalement pas besoin de l'être parce que clouer le timing des esquives avant de lancer votre propre contre-offensive est génial. Si vous parvenez à en exécuter une au moment parfait, vous êtes récompensé par une touche de ralenti et un changement pour lancer une contre-attaque Arcane pour de gros dégâts.

J'ai lu quelques critiques écrites par des personnes qui semblent croire que Darksiders 3 est un jeu difficile, et en effet, bon nombre d'entre elles ont abandonné les comparaisons avec la franchise Dark Souls, donc je pense que nous devons clarifier les choses: ce n'est pas Dark Souls, et ce n'est pas aussi punissant. C'est juste difficile en raison du nombre d'ennemis et du timing varié dont ils disposent tous pour esquiver avant de se faufiler pour quelques coups sournois. Vous devez être prudent, connaître votre timing et ne pas devenir gourmand. C'est ça. Ce n'est pas non plus un système profond, et les armes secondaires modifient à peine votre style de combat, mais malgré cela, c'est toujours satisfaisant, amusant et finalement gratifiant lorsque vous commencez à vous synchroniser avec la façon dont les combats se déroulent.

Cela dit, il y a certaines choses que je n'ai pas appréciées dans le combat, à savoir affronter de grands groupes. Contre seulement quelques ennemis, ça fait du bien, mais avec un nombre élevé d'ennemis à l'écran, les choses peuvent devenir délicates, les divers effets de frappe et autres éléments visuels rendant difficile de discerner quand une attaque arrive, d'autant plus que les ennemis adorent frapper. hors écran et les indicateurs sont d'un gris clair et donc facilement manqués dans le chaos. Enfin, il n'y a pas de détection de collision sur les ennemis, ils finissent donc souvent par se retrouver l'un dans l'autre.

Cela nous amène aux combats de boss contre les Seven Deadly Sins, dont chacun est assez standard du point de vue du gameplay, mais qui poursuit le niveau de défi de Darksiders 3. Cela ne me dérange pas d'admettre que quelques-uns d'entre eux m'ont pris quelques coups, et dans certains cas, j'ai abandonné par quête afin d'aspirer des âmes et du matériel supplémentaires pour améliorer mes armes avant de rentrer pour livrer un cul-whoooooooooping. Il y a quelques boss duff, comme Gluttony, mais pour la plupart, je me suis beaucoup amusé à combattre les Sins. Je souhaite juste qu'ils aient plus de temps d'écran avant le combat, d'autant plus que leurs conceptions visuelles sont si cool. Cela aurait été bien de construire chacun d'eux avant de les affronter.

Pour revenir à l'idée de Dark Souls pendant un moment, alors que Darksiders 3 n'est peut-être pas aussi difficile et exigeant que la tristement célèbre série, il existe quelques choix de conception qui indiquent que Gunfire Games a pris des notes de Dark Souls. Outre le fait que vous collectez des âmes qui doivent être récupérées de l'endroit où vous êtes mort si le pire devait arriver, vous obtenez également un objet de guérison avec des utilisations limitées qui ne peut être reconstitué qu'en tuant des ennemis, ce qui vous oblige à passer à l'offensive. rester en vie. La façon dont le monde revient fréquemment sur lui-même pour former des raccourcis et de nouveaux chemins rappelle également beaucoup le design de Dark Souls.

Une autre touche possible de Dark Souls est la gestion des points de contrôle qui sont parfois assez éloignés et peuvent vous obliger à rechaper beaucoup de terrain si vous vous trompez. Parfois, le placement de ces points de contrôle semble parfait, mais d'autres fois, je les ai trouvés me forçant à refaire une partie importante du niveau ennuyeux avant de revenir vers le boss qui a réussi à m'écraser. Cependant, cela sert à donner l'impression que l'échec est plus un coup dur.

Le système de butin et les arbres de compétences de Darksiders 2 ont été abandonnés au profit d'un système plus rationalisé, ce qui a grandement déplu à ma dépendance au butin. En collectant les âmes des ennemis abattus, vous pouvez les remettre au personnage de retour de Vulgrim afin de monter de niveau et de gagner des points d'attribut que vous pouvez plonger dans la santé, la force ou les arcanes, le dernier étant responsable des contre-attaques et des dégâts infligés. de quelques capacités. En plus de cela, vous pouvez collecter des bibelots spéciaux qui peuvent être appliqués à vos armes afin de leur donner un boost de statistiques, et ces bibelots peuvent être améliorés en trouvant quelques types de ressources différents cachés dans les nombreux coins et recoins du monde.

C'est un moyen très simple de gérer le nivellement, mais une chose que j'ai appréciée était la façon dont chaque point d'attribut et chaque mise à niveau d'arme donnaient l'impression que cela faisait une réelle différence, en particulier en revenant en arrière, car vous pouvez soudainement déchirer des ennemis qui étaient autrefois un défi à relever. vers le bas.

Au fur et à mesure que vous travaillez dans le scénario, vous rencontrerez le Seigneur des Hollows qui vous octroie quatre Hollows, chacun vous offrant une nouvelle arme secondaire et des pouvoirs bonus qui ouvriront de nouvelles options de traversée dans le monde. L’un de mes favoris est le Force Hollow qui est livré avec un gros marteau et vous permet de vous promener sous l’eau, d’où viennent également certains des meilleurs moments du jeu. Permuter entre Hollows est un jeu d'enfant, ce qui signifie que vous pouvez les mélanger un peu plus au combat, même si chaque type d'arme ne change pas les choses autant que je le souhaite.

En dehors du combat, vous passerez une bonne partie de votre temps à parcourir le monde. Comparée à son frère Death, Fury n'est pas vraiment un maître de la plate-forme avec son ensemble de mouvements limité aux sauts et capable de se balancer sur des points très spécifiques à l'aide de ses fouets. Ce qui le mélange, ce sont les Hollows que vous acquérez en cours de route, chaque nouveau apportant une variation du saut de Fury. Le Flame Hollow, par exemple, vous permet d'effectuer un saut beaucoup plus élevé tandis que le Story Hollow vous permet de glisser sur de longues distances. Pendant ce temps, le Stasis Hollow vous permet plus tard de marcher sur l'eau, tandis que le Flame Hollow donne à Fury le pouvoir de traverser la lave indemne. C’est un ensemble amusant de modificateurs, mais aucun d’entre eux n’aide la plate-forme à se sentir obsolète et parfois gênante. Je ne peux pas compter combien de fois Fury n’a pas saisi les rebords ou n’a pas réussi à se balancer. Cela ne semble jamais fluide non plus, car les sauts de Fury sont lourds et la physique derrière eux ne semble jamais correcte.

Les problèmes de performances affectent malheureusement le jeu, le premier et le plus important étant des baisses de fréquence d'images fréquentes, du moins sur la Xbox One X sur laquelle j'ai joué. Bien que les FPS ne réservent jamais complètement, les baisses étaient cohérentes et suffisamment grandes pour m'ennuyer, et apparaissaient souvent également pendant les combats et rendraient donc une esquive parfaite beaucoup plus difficile à réaliser. En plus de cela, j'ai eu des problèmes avec le remplacement des textures par des vides noirs béants, quelques crashs, des ennemis immobiles pour que vous puissiez les frapper avec des attaques à distance et plus encore.

J'ai vu beaucoup de négativité de la part de la presse à propos de Darksiders 3 que j'estime imméritée. Bien sûr, ce n'est pas un jeu particulièrement étonnant – ce qui en tant que fan de la série est décevant, d'autant plus que j'aimerais voir un quatrième jeu mettant en vedette Strife – mais c'est une aventure assez solide de hack and slash avec des designs de personnages sympas. et un sentiment général qu'il veut donner aux joueurs un véritable défi. Il est juste retenu par les environnements pauvres, les énigmes ennuyeuses et les plates-formes douteuses.

Si les ventes initiales de Darksiders 3 ne vont pas bien et pour être honnête, je peux voir pourquoi le prix triple A complet est sans doute trop élevé pour un jeu comme celui-ci qui se sent intermédiaire en termes de développement. budget. Mais je pense honnêtement que cela vaut la peine d'être repris si vous aimez les hack et slashers et les jeux qui ne vous tiennent pas trop la main, et une autre partie de moi veut que vous souteniez les choses simples afin que nous obtenions un Darksiders 4 puis, espérons-le, un Darksiders 5 qui réunit enfin les Cavaliers de l'Apocalypse et conclut l'histoire épique de Darksiders.